Blog

ONG Amanar : tourime durable et patrimoine culturel des régions arides

par Naura Zoubir 02 déc., 2017
Ce samedi 2 décembre 2017 se révèle être une journée dédiée à la culture touarègue !
Comme chaque année, l'association TELILT a organisé aujourd'hui la Grande Fête Touarègue à Paris 11e, qui a réunit de nombreuses associations, artistes, artisans et amoureux du Sahara. Ce fut l'occasion de participer à des conférences, à des jouxtes poétiques, de découvrir l'artisanat touareg, de goûter le couscous au méchoui ou encore, pour ma part, de revoir les amis et de rencontrer de nouvelles personnes, tous passionnés par le Sahara.
Ce soir a également lieu, à Tremblay-en-France, le concert du fameux groupe touareg TINARIWEN, au théâtre Louis Aragon.
Artoufat :)
par Naura Zoubir 22 nov., 2017
C'est à l'issue du succès phénoménal de son second roman, L'Atlantide, que Pierre Benoit reçu le Grand Prix du Roman de l'Académie Française en 1919.

L'histoire se déroule en Algérie, lorsqu'elle était une colonie française. De nombreuses explorations avaient été lancées pour étudier et dompter ce Sahara aux peuples si rebelles !

Le lieutenant de Saint-Avit et le capitaine Morhange partirent ensemble en direction du sud, lorsqu'ils furent capturés et emmenés dans ce qui semble être la mythique Atlantide, au coeur du Hoggar dans le Sahara algérien. La souveraine, Antinéa, est une descendante de Neptune et la dernière des Atlantes. Sa beauté et son charisme sont tels, que tous les hommes, se trouvant en sa présence, renient tout pour elle !

Pour construire son personnage d'Antinéa, Pierre Benoit s'est inspiré de la princesse berbère Tin Hinan,considérée comme l'ancêtre des Touaregs du Hoggar.

L'auteur est le fils du colonel Benoit et c'est au cours de son séjour en Algérie, qu'il a entendu parlé des Touaregs qui ont nourri son imagination.

La lecture de ce roman nous fait comprendre combien le peuple Touareg est demeuré énigmatique et fascinant aux yeux des officiers français.





par Naura Zoubir 21 nov., 2017

Une trentaine de ministres et de leaders mondiaux du tourisme et de la culture se réuniront à Mascate (Sultanat d'Oman) du 11 au 12 décembre 2017, dans le cadre de la deuxième Conférence Mondiale sur le Tourisme et la Culture, organisée conjointement par l'Organisation Mondiale du Tourisme (OMT) et l'UNESCO, dans le cadre de l'année internationale du tourisme durable pour le développement.

Sur le site web www.tourismandculture.org vous retrouverez la liste des participants, le programme de la conférence, ainsi que les modalités d'inscription si vous souhaitez y participer.


par Naura Zoubir 20 nov., 2017
Dans les temps anciens, lorsque les Bédouins souhaitaient créer des alliances entre tribus, ils faisaient le "pacte du sel", à savoir ils consommaient ensemble le sel qui servait à conserver les denrées alimentaires, ou encore partageaient un morceau de pain ou un repas. On retrouve également ce "pacte du sel" chez les Grecs et dans les trois religions monothéistes.

En Jordanie, il est encore communément utilisé par les descendants des tribus bédouines, notamment chez les Al-Zalabia dans la région de Wadi Rum pour sceller un pacte ou une amitié.
par Naura Zoubir 20 nov., 2017
Ces derniers temps, je notais avec surprise le nombre croissant de personnes qui me parlaient d'un livre que j'affectionne particulièrement, ayant moi-même vécu une expérience similaire à l'auteur, qui m'amena à arpenter pendant plus d'une décennie les déserts du Sahara et d'Arabie.

En fait, ce livre est une formidable introduction à la mystique du désert, présentée par le sympathique auteur Eric-Emmanuel Schmitt, qui participe régulièrement à l'émission littéraire La Grande Librairie sur France 5. Le titre de son roman : "La Nuit de Feu", publié chez Albin Michel en 2015. Il s'agit d'un récit autobiographique.

A 28 ans, Eric-Emmanuel Schmitt était agrégé de philosophie et enseignait à l’École Normale Supérieure. Il écrivit sa première pièce de théâtre, qui fut remarquée par son ami Gérard. Ce dernier lui proposa de devenir scénariste d'un film sur le père Charles de Foucault qui vécu au cœur du territoire des Touaregs du Hoggar, dans la région de Tamanrasset.

Eric accompagna donc Gérard en Algérie pour les besoins de repérages du film qui se déroulera dans la région saharienne du Hoggar. Ils rejoignirent un groupe de randonneurs pour un trek dans le désert. Leur guide se nommait Abayghur. C'était un Touareg originaire du Hoggar, et il devint au fil des jours l'ami et l'initiateur d'Eric.

Au cours de la marche, Eric traversa questions et émerveillements. Dans son enthousiasme, il se sépara involontairement du groupe et se retrouva contraint de passer la nuit seul dans le désert. Ce fut lors de cette nuit qu'il connu l'illumination ! La paix profonde qu'il trouva dans le désert, l'habite encore de nos jours. Ce livre est un bijou !

Quelques informations supplémentaires, si vous vous intéressez au Père Charles de Foucault :
Le Père Charles de Foucault vécu son expérience mystique en Algérie, d'abord dans l'oasis de Béni Abbès, dans le Grand Erg Occidental. La chapelle, construite de ses mains, peut être visitée. Les trois ecclésiastiques français, dont l'un a reçu la nationalité algérienne par décret, y habitent depuis une trentaine d'années. Tous trois vous recevront avec grande bienveillance. Puis celui qu'on appelle également le "Père de la Fraternité" (car pour Charles de Foucault, nous sommes tous frères puisque nous avons le même Père, peu importe la religion/le chemin que nous empruntons pour nous relier à notre Père commun) vécu les dernières années de sa vie dans le territoire des Touaregs du Hoggar, dans la région de Tamanrasset. Pareillement, son ermitage de l'Assekrem peut être visité. Des religieux français y séjournent et vous offrent le thé de bienvenue.
par Naura Zoubir 20 nov., 2017
Comme chaque année, l'association TELILT organise sa Grande Fête Touarègue à Paris avec le soutien de la Mairie du 11ème arrondissement.

Lieu : Salle Olympe de Gouges, 15 rue Merlin, 75011 Paris
Horaire : de 14h30 à 20h

Au programme cette année :
- Expo-ventes d'artisanat contemporain, bijoux, photos
- Exposition d'artisanat traditionnel
- Contes et poésie
- Atelier de présentation de l'alphabet tifinagh, utilisé par les Touaregs
- Stands restauration avec notamment couscous méchoui et thé touareg
- Concert avec à l'affiche cette année : KELTOUM

L'événement est entièrement organisé par une équipe bénévole et financé par les ventes d'objets et la libre participation de chacun.

Pour vous mettre dans l'ambiance de la Grande Fête Touarègue, voici un lien pour découvrir la chanteuse touarègue Keltoum : https://www.youtube.com/watch?v=JU1oGKjRBk0
par Naura Zoubir 17 nov., 2017

Je me souviens avec gourmandise de ces délicieux pains et biscuits de mon enfance, que les femmes algériennes saupoudraient de petites graines noires énigmatiques, le nigelle, appelé également cumin noir.

L'utilisation du cumin noir, nigelle, ou encore Nigella Sativa, remonte à trois millénaires. Les pharaons de Haute Égypte utilisaient le cumin noir comme condiment et plante médicinale. Les archéologues découvrirent un flacon de ce remède naturel dans la tombe de Toutankhamon ! Le Coran, quant à lui, souligne ses vertus médicinales. Le prophète Mohammed aurait même déclaré : « Le cumin noir guérit toutes les maladies, sauf la mort ! ». Enfin, de récents travaux scientifiques ont démontré ses propriétés, à la fois stimulantes et équilibrantes sur les défenses immunitaires, et selon certaines études, cette graine pourraient contribuer à affaiblir les tumeurs cancéreuses.

Cette plante, originaire d'Asie Mineure, est cultivée de nos jours au Maghreb, au Moyen-Orient et dans le sud de l'Europe. Elle est vendue sous forme de graines, d'huile ou encore de gélules.

Au-delà de ses qualités gustatives, le cumin noir recèle de nombreux bienfaits que je vous propose de découvrir dans l'ouvrage Guérir au naturel avec le cumin noir d’Égypte des Dr. Peter Schleigher et Dr. Mohamed Saleh, aux  Editions Médicis. Vous y trouverez notamment de nombreuses préparations pour des soins internes et externes, ainsi que de délicieuses recettes à base de cumin noir.

Bonne lecture !

par Naura Zoubir 16 nov., 2017
L'ONG Amanar vous convie à un fabuleux voyage au cœur des terres les plus mystiques de notre planète : les régions arides. Ces contrées nous offrent le témoignage de grandes civilisations qui nous ont légué un patrimoine culturel matériel et immatériel, d'une telle richesse et portée universelle, qui a su défier les siècles pour arriver jusqu'à nous. Il est alors de notre responsabilité à tous de le protéger afin qu'il perdure et offre ses enseignements et sa sagesse aux générations à venir.
par Naura Zoubir 14 nov., 2017
Créée en 2010, l'ONG Amanar est une association française de Loi 1901 qui œuvre pour la promotion du tourisme durable dans les zones arides et la protection du patrimoine culturel matériel et immatériel.

Nous avons tissé des partenariats en Algérie, en Jordanie et au Sultanat d'Oman, afin de soutenir les projets locaux en faveur d'un tourisme responsable respectueux de l'environnement et mettant à l'honneur le riche patrimoine culturel de ces pays.

Nous favorisons la découverte de ces régions par la pratique de la randonnée pédestre et du trekking afin de rendre le voyage plus humain, grâce aux rencontres et aux échanges avec les populations locales, et de bénéficier des bienfaits que nous offre la nature tout en laissant le minimum de traces lors de nos passages.

Tous ensemble pour un tourisme respectueux à la fois de la nature et de notre humanité.

par Naura Zoubir 14 nov., 2017

"Amanar" est un terme tamashek, langue des Touaregs, qui désigne la constellation d'Orion. Celle-ci permet aux Touaregs de se guider, en déterminant le Nord. Alors, par extension, ils ont surnommé cette constellation « Amanar », qui signifie "le guide".

Les membres fondateurs de l'ONG ont choisi à l'unanimité le terme "Amanar" afin de rendre hommage aux Touaregs Kel Ajjer de la région de Djanet, en Algérie, qui ont été des initiateurs au désert et à la culture targui.

L'homme sur la photo ci-dessus, Ocha Mechar, fut l'un des guides les plus expérimentés du Tassili N'Ajjer. Fils du grand Djebrine Mechar, qui révéla au monde entier l'existence de l'art rupestre du Tassili et guida le préhistorien français Henri Lhote, Ocha a également formé une génération de guides touaregs qui vous ferons découvrir avec passion les délicates peintures rupestres qui ornent le Tassili.

Share by: